Publié le 13.12.2023 | Texte: Pieter T’Jonck - François Lichtlé

Dans les Marolles, l’îlot entre la rue du Miroir, la rue des Ursulines et la rue des Brigittines, bien qu’étant sorti intact de la guerre, a été fortement impacté par la jonction Nord-Midi. En 1952, celle-ci a littéralement coupé le quartier en deux. Tout aussi désastreuse fut la construction en 1968 d’un immeuble de douze étages de logements sociaux qui étaient censés remédier à l’obsolescence et à la pénurie de logements dans le quartier. C’est alors l’ensemble de l’îlot qui en fit les frais. En lot de consolation, un petit parc fut aménagé au pied de l’esplanade de la tour d’habitation. Seule la chapelle des Brigittines, datant du 17e siècle, échappa par miracle à cette coupe à blanc. Le projet conçu par Générale pour l’Urban Park Jonction relie tous ces vestiges pour en faire un espace urbain cohérent. Il réalise ce tour de magie en un seul geste assez simple.

A+305 Brussels Architecture Prize

Cet article est disponible dans son entièreté dans le numéro A+305 A+305 Brussels Architecture Prize. Commandez votre exemplaire ou abonnez-vous à A+ pour ne manquer aucun numéro !

L’îlot entre le chemin de fer, la rue du Miroir et la rue des Visitandines est en forte pente. Il s’arrête au niveau du mur en pierre bleue de la jonction Nord-Midi, qui fait au moins cinq mètres de haut. Sous les voies ferrées se trouve la gare de la Chapelle, à savoir 1.800 m2 à présent désaffectés. L’association socio-culturelle Recyclart s’y était installée en 1999, apportant un ballon d’oxygène au quartier.

L’immeuble d’appartements en « L » de la rue des Visitandines demeurait cependant une plaie béante. Il s’agit d’une structure en préfabriqué semblable au Plattenbauen d’Allemagne de l’Est. Les deux ailes de 50 et 70 mètres de long entourent une esplanade surélevée en béton mesurant 35 mètres sur 55. Elle ne tient absolument pas compte de la déclivité du terrain : du côté de la rue des Brigittines, elle culmine aussi haut que les lignes de chemin de fer.

Le complexe était en outre totalement coupé du quartier étant donné que le parking sous l’esplanade, contre toute logique, n’était accessible que par une rampe partant d’en haut, coupant le cheminement des piétons le long de la rue des Visitandines et de la rue du Miroir.
En guise de parc, un tas de terre fut répandu le long de la rue des Brigittines. Tous ces éléments s’ajoutant à la qualité médiocre du complexe ont instantanément transformé celui-ci en ghetto. En 1968, l’excuse était que le bâtiment était prévu pour durer trente ans ; mais il est toujours là. La Région envisage même une rénovation totale.

Peu de temps après, la Ville a donné en prêt la chapelle des Brigittines – à l’époque à moitié en ruine – à de jeunes artistes. Ils développèrent le centre « Les Brigittines », qui connut un tel succès que la Ville décida de consolider et d’agrandir la chapelle. En 2007, Andrea Bruno y ajouta un volume identique en verre et acier corten. Ce nouveau complexe se détournait toutefois de manière presque ostensible du bloc adjacent : ici, on s’adresse à un public différent !

Dans ce contexte, le programme du contrat de quartier s’avérait être mission impossible. Le parc entre l’esplanade et le chemin de fer devait devenir plus sûr, avec une plus grande offre de jeux pour les enfants. Recyclart avait besoin d’ateliers et d’espaces de travail supplémentaires. L’esplanade devant quant à elle être rénovée et disposer d’une meilleure connexion à ses abords. Générale y ajouta une ambition personnelle : améliorer l’aménagement chaotique autour de la « nouvelle » chapelle des Brigittines pour qu’elle soit davantage en lien avec le parc.

[…]

Architect Générale Assemblée d’Architectes
Website www.generale.la
Project Parc des Brigittines
Location Brussels
Programme Urban park and carpentry workshop

Procedure Competition with Brussels Government Architect (BMA)
Client City of Brussels
Landscape architect BLOC Paysage
Public realm Générale / Greisch
Structural engineering Greisch

Service engineering Greisch
Building physics Greisch
Acoustics Greisch
Lead contractor Greisch

Completion June 2023
Total floor area 13,071 m2 (public space) + 917 m2 (workshop)
Product/Supplier Vande Moortel (clay pavers /recycled facing bricks of the workshop)
Budget € 7,980,252 (excl. VAT and fees)

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.