Publié le 09.04.2024 | Texte: Fabian De Vriendt | Photos: Stijn Bollaert

La mobilité évolue en permanence. À pied, à cheval ou à vélo… ou encore de la carriole à la voiture électrique. Ces dernières années, le vélo connaît un regain de popularité, notamment du fait que les embouteillages et l’empreinte écologique réduisent l’attractivité de la voiture. Grâce à l’évolution des vélos – plus légers, plus rapides et électriques – mais aussi à l’amélioration des infrastructures, le citoyen flamand enfourche de plus en plus souvent sa bicyclette. Depuis quelques décennies déjà, le réseau des pistes cyclables et cyclostrades, tunnels et passerelles ne cesse de s’étendre dans les villes et plus largement dans le paysage. Les infrastructures cyclables sont de plus en plus sûres et agréables. Des pistes cyclables élargies permettent aux cyclistes de se dépasser, les rampes d’accès en pente douce sont plus faciles à gravir, et les zones vertes sans voitures sont source de calme et de sécurité. Alors que les infrastructures étaient jadis purement fonctionnelles – pour traverser la voie ferrée, une autoroute, un cours d’eau ou un canal –, elles ont aujourd’hui considérablement évolué. De plus en plus souvent, on cherche également une plus-value pour le domaine public, les humains et la nature. On aménage des lieux de repos qui relient les passants à leur environnement, on intègre des nichoirs ou des abris à chauves-souris dans les constructions, on titille les sens avec des textures et des matériaux spécifiques, ou on crée un jeu d’ombre et de lumière.

Avec l’expo Op de fiets! (à vélo !), l’association culturelle limbourgeoise Architectuurwijzer plaide en faveur d’une conception soignée des infrastructures cyclables, en symbiose avec le cahier des charges et le processus de conception. S’adossant aux trois qualités clés de l’architecture énoncées par Vitruve – utilitas (utilité), venustas (beauté) et firmitas (solidité) –, l’expo présente une sélection de passerelles cyclables conçues par Ney & partners qui possèdent des qualités uniques pour les cyclistes, les piétons ou la nature. À l’intérieur de l’espace d’exposition dédié à l’architecture du Centre culturel de Hasselt se trouve une construction en bois en forme de croix latine, légèrement inclinée. Les panneaux d’information sont suspendus par un câble en acier à une gouttière faisant penser au tablier d’un pont. Une étagère horizontale offre un espace supplémentaire pour présenter çà et là quelques photos. Les visiteurs peuvent circuler autour du meuble ou le traverser par les ouvertures prévues à cet effet. De petits tabourets en bois invitent à prendre le temps de se poser un instant dans cet espace. Ils portent un autocollant avec des informations sur l’évolution du vélo au cours des dernières années. Les quatre quadrants de la fragile palissade sont dédiés aux trois principes fondateurs du traité De Architectura de Vitruve ainsi qu’à une courte introduction. Le meuble étant placé près d’un côté de la salle, son grand angle orienté vers le vaste foyer introduit les visiteurs dans le thème des infrastructures cyclables et leur évolution au cours des dernières décennies. Les deux angles plus petits mettent en valeur les points forts de l’utilité et de l’utilisation des passerelles conçues par Ney & partners. Muni d’une grand table anguleuse mais néanmoins engageante, le dernier quadrant est consacré à l’avenir. Les ouvertures dans les parois de la croix évoquent symboliquement des portes sur l’avenir. Un futur où, en dialogue intégré, durable et qualitatif avec l’environnement, l’humain et la nature, la mobilité et les infrastructures sont discutées par les commanditaires, les experts, les ingénieurs et les architectes.

Une autre exposition de Ney & partners se déroule simultanément au Centre culturel de Hasselt. 21 ponts et passerelles génériques sont abordés dans un reportage photo qui met en évidence leurs qualités uniques, fruits de la spécificité de leur environnement. En contradiction avec les passerelles cyclables, œuvres d’art uniques liées à leur contexte et à leur situation ?

 

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.