Publié le 07.02.2024 | Texte: Amélie Poirel | Photos: Sepideh Farvardin

Cette maison de ville à Louvain surprend par sa dualité entre conditions rurale et urbaine. La façade à rue en brique de style néogothique contraste avec la partie arrière, à l’allure d’une grange, avec son grenier habité complètement ouvert sur le jardin. La maison recèle un intérieur tout autant étonnant où les limites entre intérieur et extérieur deviennent moins rigides.

Depuis la rue, une ouverture arquée prend le dessus sur la composition de la façade. Lorsque cette porte est ouverte, elle offre un passage qui est une percée traversante jusqu’au jardin. En effet, l’enfilade de pièces se prolonge sur l’entièreté de la maison et relie la rue au jardin.

Cette percée accentue l’importance de la coupe longitudinale du projet qui joue avec la différence de niveaux entre la rue et le jardin. Elle est travaillée grâce à des nivellements qui participent à la séquence du projet. Les trois marches en brique de l’entrée font la transition entre l’espace intérieur qui appartient encore au domaine de la rue, qui sert notamment de garage à vélos, et celui de l’intérieur de la maison pour la vie domestique plus intime. La partie arrière, à l’allure d’une grange, est comme un projet jamais terminé, un espace complètement ouvert sur le jardin, qui donne à la maison une atmosphère rurale surprenante en pleine ville. Dans le projet de Ouest, la grange est vidée afin de créer un étage pour la chambre d’amis.

Au centre de la maison, un espace particulier telle une serre avec son toit en verre, baigne la pièce d’une luminosité vibrante et relie les deux parties de la maison. L’architecture type de la serre, modèle étranger au cadre de la vie domestique, apporte pourtant au logement des qualités qui lui sont propres. La domestication des éléments architecturaux propres à la serre laisse place à un habitat chaleureux, lumineux et où les plantes s’épanouissent.

L’espace central de la maison est majeur par sa position, puisque les autres pièces plus petites, entrée, cuisine, séjour, salle de jardin, viennent se greffer autour et joue ainsi un rôle distributif. Mais il revendique aussi son importance par le soin apporté à ses finitions : un cimentage recouvre les murs de la pièce ; des rideaux viennent offrir plus de souplesse dans le cloisonnement des espaces sous les linteaux apparents ; les seuils qui délimitent cette pièce centrale sont élégamment marqués avec un alignement de briques de niveau avec la chape en béton.

La brique majoritaire en façade se prolonge à l’intérieur du bâtiment. Tout est une question de juste contraste entre le nouveau et l’ancien. Le choix des matériaux renforce la double condition rurale et urbaine. Tandis que la porosité entre espace intérieur et extérieur, entre sphère privée et publique, ne se fait aux dépens de la notion de confort, de bien-être et de sentiment d’appartenance.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.