Site universitaire du Sart Tilman

Claude Strebelle
publié le 15.06.2011 non résidentiel
© ULG TILT
© ULG TILT
© ULG TILT
© ULG TILT
© ULG TILT

La politique générale d’organisation des campus en Belgique, dans laquelle s’inscrit l’aménagement du site universitaire du Sart Tilman, fut mise en place au cours des années 1950. Des efforts architecturaux, urbanistiques et bien sûr budgétaires durent être consentis. La qualité architecturale fut très diverse; la volonté et les efforts de gestion des universités s’exprimèrent de façon très différente.
Pour ce qui est de l’aménagement du site liégeois, envisagé à  partir de 1960 par l’Université, il fut dans ses premières phases l’expression des choix architecturaux proposés par Claude Strebelle. Les terrains du Sart Tilman, sur un site boisé descendant vers la vallée de l’Ourthe, allait évidemment prêter à  diverses critiques en raison de leur éloignement du centre urbain. Par contre, les options architecturales des bâtiments de première et de seconde phases furent généralement très appréciées. Claude Strebelle avait en effet su s’entourer d’auteurs de projets de premier plan, tels qu’André Jacqmain, Roger Bastin, Pierre Humblet, Jean Opdenberg, Bruno Albert et René Greisch. Charles Vandenhove également construisit en marge du site l’hôpital universitaire et le centre sportif. Commandés aussi bien par l’amitié que par une perception d’un modernisme souvent plus poétique que strictement fonctionnel, les choix architecturaux de Claude Strebelle ont été particulièrement cohérents. Le parti urbanistique, lui aussi, résulte d’une réflexion sentimentale que les premières esquisses traduisent avec éloquence. Après la mise à  la retraite de l’architecte et la réduction drastique des budgets, Jean Englebert fut chargé d’une gestion plus ‘modeste’ du site, tout en orchestrant la réalisation de nouveaux bâtiments.
Aujourd’hui, le Sart Tilman constitue une ‘réserve’ exceptionnelle de constructions de très haute qualité architecturale, montrant que tout n’était pas mauvais en Belgique au cours des dites ‘Golden Sixties’. La conservation, la restauration et la mise en valeur de ce patrimoine contemporain est pourtant loin d’être simple. On ne peut ignorer les problèmes posés par la gestion quotidienne du site. Il est évident que les constructions vieillissent et que des efforts d’entretien et même de restauration doivent être consentis. Si, par exemple, la rénovation des bétons armés n’en est encore qu’à  ses premiers balbutiements, des solutions permettent toutefois de les restaurer très correctement. Les exigences croissantes en matière de sécurité et d’économies d’énergie obligent également à  une réflexion d’ensemble sur la conservation et la gestion de ce patrimoine exceptionnel.
Certains transferts fonctionnels ont amené l’Université à  construire de nouveaux bâtiments, quitte à  laisser les premiers d’entre eux dans un état proche de l’abandon, et le retour en ville de quelques fonctions universitaires continue de s’imposer. Assisterait-on à  une dégradation progressive de l’esprit même du site? Et jusqu’où   peut-on aller pour préserver l’état d’esprit de son aménagement? Au cours de l’été 2009, un colloque sur la reconnaissance, la restauration et la mise en valeur du patrimoine architectural contemporain en Belgique se tint sur le site même du Sart Tilman. Il mit en lumière les difficultés de ce genre d’entreprise, qui ne peut pourtant s’appuyer que sur la reconnaissance active de son objet.

download pdf
Claude Strebelle
Liège | 2011
A+230
pages 88-89

Vous pourriez aussi être intéressé par

© ULG TILT
© ULG TILT
© ULG TILT
© ULG TILT
© ULG TILT

Abonnez-vous à notre newsletter