lauréat architecture non résidentiel privé – Computer Shop

Office Kersten Geers David Van Severen
publié le 10.12.2013 | texte Pieter T'Jonck non résidentiel
© Bas Princen
© Bas Princen
© Bas Princen

Le magasin d’informatique ‘multiplies’ à Tielt est installé sur un terrain comme on en voit beaucoup en Flandre: un polygone irrégulier qui semble résulter de lotissements successifs. Initialement, le terrain était caché par un mur de jardin en maçonnerie qui, avec ses caissons minutieusement rythmés, évoque une image tout doucement surannée de la Flandre rurale.

Sur ce terrain, OFFICE Kersten Geers David Van Severen a construit deux blocs quasi identiques de deux étages, d’environ 12,5 mètres sur 9,5. L’espace qui les sépare, aménagé en place, présente précisément les mêmes dimensions que les deux blocs. Ceux-ci forment le magasin à proprement parler: un terrain de 38 mètres sur 12,5, construit à 50%. A droite du premier bloc, au rez-de-chaussée, une travée a été retirée pour permettre d’accéder à la cour intérieure.
La construction a été implantée le long du côté gauche rectiligne de la parcelle, dont le côté droit est resté libre. Du coup, son aspect biscornu saute aux yeux. Les contours du terrain sont même tellement irréguliers que l’avant et l’arrière de la parcelle se distancient considérablement du nouveau bloc construit, même si la construction ne s’insère que tout juste sur le terrain, le côté gauche de celui-ci n’étant guère plus long que le bâtiment. A l’arrière, l’espace tampon entre le bâtiment et le mur d’enceinte se réduit ainsi à un plot conique ne mesurant que deux mètres en son étendue la plus large.
Côté rue, un accès à la parcelle a été créé en pratiquant une découpe d’une précision chirurgicale dans l’ancien mur d’enceinte. Ou plutôt, en le soulevant. Un imposant portail en métal supporte en effet un mur en blocs de construction rapide qui flotte au-dessus de la limite entre la rue et le terrain.
Les nouveaux volumes ont été soigneusement réalisés, mais sans sophistication. Sur le plan structurel, ils se composent d’une séquence régulière de colonnes, avec au centre une cage accueillant escaliers et sanitaires. Côté place intérieure, des murs-rideaux ont été aménagés sur les deux étages. Côté rue, on les retrouve au rez-de-chaussée. Toutes les autres façades sont réalisées en plaques polycarbonate alvéolaire qui laissent parvenir une abondante lumière dans les espaces de travail tout en préservant l’intimité.
Cette conception semble être une évidence, à l’exception de l’intervention côté rue, qui retient l’attention. Pourtant, on comprend aisément pourquoi le jury a apprécié la “précision et la force” de ce projet. OFFICE exploite ici les principes les plus élémentaires de l’architecture: ordre, régularité, proportions. Quasi rien n’a été ajouté pour produire un sens ‘supplémentaire’. Cette architecture ne fait que confirmer – sans que ce soit explicite – son propre ordre matériel.
C’est précisément là que réside la particularité du geste architectural. Les espaces intérieurs autorisent de nombreux types d’utilisation, sans rien imposer. Parallèlement à cela, la construction joue habilement avec l’irrégularité des murs du jardin. Côté arrière, par exemple, ceux-ci forment un mur extérieur supplémentaire qui offre une protection. Ailleurs, on trouve un contraste intense entre, d’une part, l’irrégularité qui s’est imposée à la parcelle au fil du temps et, d’autre part, la régularité du bâtiment et de la place intérieure. C’est ainsi que le hasard se hisse à une place honorable, aux côtés de l’ordre architectural, sans que l’architecture ne tente de dompter à tout prix le ‘chaos’.

download pdf
Office Kersten Geers David Van Severen
TIELT | 2013
A+245
pages 54-56

Vous pourriez aussi être intéressé par

© Bas Princen
© Bas Princen
© Bas Princen

Abonnez-vous à notre newsletter