Publié le 30.08.2023 | Texte: Arnaud De Sutter | Photos: PT URA-ALTSTADT

Dans le coin ouest de la place Sint-Andries, au centre d’Anvers, se trouve le Centre Culturel de Rencontre Sint-Andries, abrégé en coStA. Diverses organisations socio-culturelles y accueillent des jeunes du quartier dans un amalgame de bâtiments historiques et constructions plus récentes. Cette infrastructure devenant obsolète, la municipalité a organisé un concours pour accompagner son réaménagement. Ce concours a été remporté par URA Yves Malysse Kiki Verbeeck et ALTSTADT. Leur vision s’est distinguée de celle des autres candidats, PT Callebaut architecten-Murmuur architecten-Poot architectuur, Dierendockblancke Architecten, Assemble + Czvek Rigby, et Bovenbouw Architectuur. La proposition retenue vise à supprimer et ajouter des volumes de façon ciblée mettant en valeur les qualités inhérentes de ce patrimoine.

Construit à partir du dernier quart du XIXe siècle sous la direction successive d’architectes municipaux pour abriter les services de propreté de la ville, le site comprend plusieurs hangars et écuries. Il s’agit pour la plupart de structures en fer dotées de toits à pignons reposant sur des charpentes élancées. En avancement sur la place, l’imposante maison du directeur donne le ton. Le site reliait autrefois la Sint-Andriesplaats à la Prekersstraat, située derrière elle, mais après la construction de deux immeubles résidentiels, seule la partie jouxtant la place en a été conservée. Plus récents, les volumes reliant les hangars n’ont aucune valeur patrimoniale et encombrent surtout le peu d’espace disponible de la cour intérieure.

La suppression de ces structures dans la proposition du PT URA ALTSTADT ne surprend donc guère. En démolissant un des grands hangars, une partie du bâtiment et une extension sans intérêt, l’équipe de conception crée une connexion au parc dans la Prekersstraat. Elle recrée ainsi la jonction qui existait au XIXe siècle, mais de façon indirecte et à destination d’une circulation douce. L’entrée le long du parc sera flanquée d’un pavillon. En outre, les concepteurs rendent l’entrée côté Sint-Andriesplaats plus accueillante en démantelant le bâtiment de deux étages qui s’y trouve. Il ne restera plus qu’une partie de la façade, comme une séparation perméable indiquant la transition du jardin vers le domaine public. Une fenêtre assure un lien visuel entre la Sint-Andriesplaats et le foyer du hangar nord. Au second plan, un nouveau bâtiment dédié à des représentations suscite la curiosité.

Les interventions créent deux typologies de rencontre à l’intérieur et autour des hangars, que l’équipe nomme agora intérieure et agora extérieure. L’agora intérieure, comprenant le foyer, la bibliothèque et le café, est implantée dans le hangar en forme de L, que l’ajout d’une aile nouvelle transformera en couloir circulaire. Adresse du site, cet espace est aussi destiné à en devenir le « cœur social ». Quant à l’espace extérieur, bien qu’il soit étroit au niveau des deux entrées, il offre généreusement de la place en son milieu pour une aire de jeux. Un pavillon central sert d’abri et guide les visiteurs vers les deux parties du jardin. Celui-ci épouse les contours du nouveau bâtiment dédié au théâtre et à la musique – un clin d’œil surprenant à son héritage industriel. Le toit en appentis vient couronner ce que les concepteurs appellent un paysage de toits animé.

Cet enchevêtrement fécond d’éléments anciens et nouveaux met en valeur les qualités historiques du site. La visibilité de coStA sur la Sint-Andriesplaats est grandement améliorée par la végétalisation de l’agora extérieure et par sa transformation en zone de circulation. En intégrant ce site autrefois fermé dans le tissu urbain, le projet donne un nouveau souffle à un acteur clé du centre-ville.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.