Publié le 09.04.2024 | Texte: Amélie Poirel | Photos: PLUSOFFICE + Citytools

Comment le nouveau portail d’une école peut-il unifier un quartier ? C’est la question à laquelle le projet de Citytools et PLUSOFFICE tente de répondre. Le parc Reine Verte à Schaerbeek à proximité de la gare du Nord fait l’objet d’un réaménagement comprenant une nouvelle entrée pour l’école primaire De Buurt avoisinante. En allant au-delà du postulat du cahier des charges, le projet démontre également une ambition sociale.

Dans un rayon de 500 mètres, le parc Reine Verte est le seul espace vert notable de la zone. Cependant, il en ressort un fort sentiment d’insécurité et des mesures sont à prendre pour une écologie plus durable. La nouvelle entrée pour l’école primaire De Buurt est l’occasion de résoudre ces problématiques avec l’ambition de créer un lieu plus inclusif et à l’épreuve du temps.

Les interventions, minimales mais pas moins impactantes, se dessinent. Le mur qui sépare le parc de l’école est utilisé comme un “portemanteau”, où sont suspendus toutes sortes d’éléments ludiques pour revitaliser l’espace public : balançoires, enseignes signalétiques, éclairage, etc. Telle une corniche ondulée, une nouvelle épaisseur vient se poser au-dessus du mur existant, tandis que des ouvertures viennent le percer et créent de nouvelles perspectives entre l’école et son parc adjacent. Des gradins résolvent la différence de niveaux du parc et sont combinés avec un toboggan. Le terrain de sport existant est recouvert d’un revêtement perméable et pourvu d’une nouvelle fresque. Dans l’espace résiduel entre le mur du parc et celui de l’école, un jardin est créé. Il en résulte un nouvel espace pour la collectivité aux portes de l’école, telle une cour de récréation se prolongeant en dehors de ses murs.

Inclure les futurs usagers dans le processus de conception est l’un des défis majeurs du projet. La volonté des concepteurs est de mettre en place un processus de participation radical pour poursuivre l’élaboration du projet. Des ateliers sur l’inclusivité de l’espace public, la mise en commun et la résilience climatique seront organisés avec les élèves de l’école, les habitants du quartier et les passants occasionnels. Une partie du chantier devrait également être réalisée en collaboration avec les futurs usagers pour que chacun mette la main à la pâte. Ainsi, le sentiment d’appartenance sera favorisé et donnera, on le souhaite, l’envie de prendre soin de cet espace partagé.

À lire également

Inscrivez-vous à notre newsletter
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.