hasa architecten

publié le 31.10.2012 | texte Thomas Martin http://www.hasa.be
© hasa architecten

Lorsque Hans Verplancke et Sarah Flebus terminent leurs études d’ingénieur architecte à la KUL en 1993, ils ne soupçonnent pas un seul instant qu’ils vont s’associer en 2001. En parallèle à leurs emplois respectifs chez Paul Van Aerschot et Polo Architects, ils étaient affamés d’ambition et de projets personnels. Un jour, lors d’un échange sur leurs projets, ils se sont découverts des affinités. Un Open Oproep pour une école allait leur offrir l’occasion d’un premier projet commun. Depuis plus d’un an, hasa est établi à Muizen, sur une parcelle improbable, dans le cadre typique d’une banlieue urbaine. Pour l’équipe, c’est la meilleure implantation possible: du calme et de la verdure, mais restant centrale l’autoroute et la gare sont à  proximité, ainsi que Louvain et Malines où se situent bon nombre de leurs projets. L’essentiel des collaborateurs a été recruté parmi les anciens étudiants de la KUL. Ce qui n’a rien d’un hasard, les deux associés y enseignant. Cela se traduit dans la formation des collaborateurs qui, dès le début, sont impliqués au maximum dans tous les aspects du travail. Hans et Sarah, quant à eux, s’occupent conjointement de la conceptualisation et de la communication avec le maître de l’ouvrage. Ils veulent savoir ce que le client a en tête en termes d’espace, de matérialité et de perception architecturale. Ce qui n’est possible qu’en mettant le commanditaire lui-même au travail. A l’aide d’une liste de questions qui sert de fil conducteur, ils prennent le pouls du programme fonctionnel souhaité, du mode de vie ou de travail, de l’ambiance, de l’éclairage, des textures, du sentiment que le commanditaire a en tête. En parallèle, les conditions annexes et les qualités du site sont mises à l’étude. Il en résulte un organigramme graphique. Cet organigramme constitue le support du concept architectural. La spatialité et la qualité de vie sont extrêmement importantes pour hasa, et l’on s’en rend compte dès que l’on pénètre dans leur bureau. L’architecture ouverte et audacieuse, aussi attentive à l’intérieur qu’à l’extérieur, réussit à conférer à ce bâtiment polyvalent une sérénité quasi japonaise.

Abonnez-vous à notre newsletter