ICA/WB, le nouvel institut culturel d’architecture Wallonie-Bruxelles

publié le 20.05.2019

Le VAi, à Anvers, et le CIVA, à Bruxelles, ont depuis peu un nouveau partenaire dont l’objectif est la réflexion, promotion et diffusion de l’architecture contemporaine : l’Institut Culturel d’Architecture Wallonie-Bruxelles (ICA/WB). Celui-ci est dirigé par l’architecte et historienne Audrey Contesse.

Après des années de discussions, la Fédération Wallonie-Bruxelles a lancé au début de l’année un appel à projets visant à doter la Communauté française de Belgique d’un « opérateur culturel de l’architecture ». Selon cet appel, ce nouvel acteur culturel est une référence en matière de diffusion et de promotion de la culture architecturale en Wallonie et à Bruxelles. Il se veut également être une plateforme où différents acteurs peuvent se rencontrer et débattre, et aurait pour mission l’organisation d’événements autour de l’architecture contemporaine qui touchent un public aussi divers que possible.

Audrey Contesse a remporté le concours, en s’associant à divers centres culturels : le Théâtre de Namur, l’Eden à Charleroi, le Centre Culturel de l’Arrondissement de Huy et Recyclart à Bruxelles. La Fédération Wallonie-Bruxelles a octroyé une subvention annuelle de 430 000 euros pour la création de ce nouvel institut, pour une durée de trois ans.

Durant cette période, l’ICA/WB veut travailler autour de trois axes. Le premier vise à renforcer les liens au niveau local et international, en créant un réseau entre les partenaires locaux, les facultés d’architecture, les instituts régionaux tels que le CIVA ou encore le VAi et les institutions internationales en Europe. L’institut souhaite également établir, en passant par la pratique et la culture architecturale, un lien entre les utilisateurs et les décideurs politiques. Enfin, le troisième axe se focalise sur la tension entre l’histoire de l’architecture contemporaine et l’architecture de demain. Pour une culture architecturale solide, il faut connaître ses racines, c’est pourquoi l’ICA veut dresser un portrait des trente dernières années de la production architecturale. Cette recherche historique permettra ensuite de mieux comprendre les jeunes pratiques d’aujourd’hui et de demain.

Quelles sont les activités au programme actuellement ?

« Aujourd’hui, je ne peux pas encore dévoiler la programmation pour cet automne, mais nous prévoyons un moment phare en octobre avec une accumulation des différents évènements dans un lieu spécifique », nous confie Audrey Contesse. « Ce format de ‘moment d’accumulation’ est d’ailleurs prévu tous les six mois à un autre endroit. »

Étant donné que l’ICA/WB ne dispose pas de sa propre salle d’exposition, mais s’appuie plutôt sur les infrastructures des institutions partenaires, il est important de communiquer sur ces activités de manière cohérente. A cet effet, un site web sera lancé à l’automne. Celui-ci sera une vraie vitrine, un agenda, avec une vue d’ensemble sur toutes les activités organisées en Wallonie et à Bruxelles autour de l’architecture. Contesse ajoute : « l’ICA/WB ne veut pas être uniquement un médium de communication. L’institut souhaite prendre position, provoquer et rehausser le débat culturel sur les questions liées à l’architecture en Wallonie-Bruxelles. »

Pour la programmation des activités futures, l’ICA/WB ne s’appuie pas uniquement sur le réseau des centres culturels. L’institut peut également compter sur un conseil d’orientation composé de divers architectes et autres acteurs du monde culturel et académique, tels que Pierre Blondel, Marie Hottois, Norbert Nelles, Anne Norman, Marie Pok, Cécile Vandernoot et Laurent Vermeersch.

Abonnez-vous à notre newsletter