crèche, école primaire, habitations

abv+ architecten
publié le 18.02.2013 | texte Jürgen Vandewalle logement collectif , non résidentiel
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten

Rassembler des fonctions qui, souvent, ont de plus en plus de mal à cohabiter, représente un véritable dilemme. A Brasschaat, le choix consiste habituellement à lotir, scinder et réaliser des programmes côte à côte. abv+ achitecten ne s’inscrit toutefois pas dans cette tradition. L’implantation d’habitations sur le toit d’une école et d’une crèche crée une dynamique intéressante entre différents groupes cibles.

Il y a quelques décennies, lorsque l’ordinateur et la console de jeu n’existaient pas, les enfants passaient plus de temps dehors. Ils jouaient à la marelle et aux billes sur le trottoir, sous la surveillance des voisins, sans risquer de se faire renverser. A mesure que les petits espaces de jeu et les grands trottoirs ont disparu des centres-villes, cette surprenante interaction entre des adultes qui travaillent ou habitent dans un quartier et les enfants qui y jouent s’est perdue. Les écoles primaires sont devenues des enclaves autarciques, tandis que les riverains ne supportent plus le ‘boucan’ des enfants qui jouent. A Mariaburg, entre Brasschaat et Kapellen, cette évolution a été remise en question en combinant différentes fonctions sur un seul site. Cette symbiose compacte d’espaces privés et publics, où viennent se nicher des plaines de jeu, apporte une réponse efficace à la séparation des groupes qui, jusqu’ici, était devenue la règle.
Le programme a été réalisé sur le site d’une ancienne école. L’ancien bâtiment a été complètement rasé, mais le ‘bosquet’ (quelques arbres disséminés dans l’îlot) devait être conservé. Dans le projet d’abv+, les arbres servent de points d’ancrage pour de nouveaux espaces de jeu et pour un jardin ouvert pour la crèche. Les différentes fonctions sont réparties autour de cette zone intérieure. Une école primaire et une crèche fonctionnant plus facilement en rez-de-chaussée, ces fonctions occupent ici la quasi-totalité de la parcelle. Malgré cette importante empreinte, suffisamment d’espace ouvert a été préservé grâce à la construction des habitations sur la toitures; ‘espace de construction’ souvent inexploité et qui, dans ce cas, s’est révélé être la clef de résolution du dilemme.
Les différents volumes sont réalisés dans des matériaux simples et robustes. Au rez-de-chaussée, la maçonnerie de la façade est composée de trois types de pierres, assemblées par un joint en retrait. Des bandes de couleur apportent une touche ludique adaptée à l’esprit du lieu. Grâce à la finition spécifique en bois grisonné et étuvé, les habitations deviennent des volumes lisibles posés sur la toiture. Les lieux de vie et les grandes terrasses vertes de ces habitations, plutôt que de se détourner de la zone intérieure, donnent précisément sur cet espace. Lorsque la cours de récréation de devient un espace public après l’école, les riverains assurent le contrôle social requis. Les accès aux habitations et aux fonctions publiques sont organisés selon des flux totalement distincts. La crèche et l’école ouvrent sur une zone intérieure accessible par trois côtés, tandis que la plupart des habitations donnent sur un terrain fraîchement aménagé, avec parking.
Une attention spéciale a été accordée à la possibilité de vivre des expériences dans le cadre scolaire: les classes jouxtent soit de petits potagers, soit une plaine de jeu. Les couloirs entre les classes deviennent de véritables espaces à vivre grâce aux puits de lumière, aux percées et aux vides qui y sont intégrés. Au sein de la crèche, c’est surtout l’interaction avec la zone intérieure qui a été privilégiée. Les enfants sont répartis en deux groupes d’âge, dans des espaces donnant tous deux, via de grandes baies, sur un jardin avec préau. Les services plus administratifs, quant à eux, sont installés côté rue. La combinaison crèche-école représente une plus-value à plus d’un titre. La limite, habituellement bien marquée entre ces fonctions, s’est presque totalement estompée, atténuant ainsi l’épreuve des enfants qui quittent la crèche pour l’école primaire.
Le programme de ce site a vu le jour dans le cadre d’un partenariat public-privé entre la commune de Brasschaat et un promoteur. Ce dernier était chargé du financement, du développement et de la vente des habitations. L’utilisation des toitures des bâtiments publics était un choix audacieux, qui s’est avéré une réussite. Cette double exploitation de l’espace et la combinaison de différentes fonctions offrent en effet d’énormes avantages. Au-delà de permettre la réalisation d’habitations durables à un prix abordable, la disposition des lieux laisse plus d’espace aux enfants. Et le tout s’inscrit dans un environnement dont le dynamisme est quotidiennement rechargé par l’interaction entre les enfants et les habitants.

download pdf
abv+ architecten
Brasschaat | 2013
A+240
pages 50-52

Vous pourriez aussi être intéressé par

    Luifel

    Er breidt zich langzaam maar zeker een witte pixelwolk uit over het land. Een ludieke studie van de openbare ruimte, BXL 100, (> A+213) resulteert sinds 2011 in een aantal ingrepen in de openbare ruimte. Ze duiken op in het Brusselse Sint-Gillis en worden ontwikkeld in het Gentse Ledeberg. In Mechelen siert een luifel sinds kort het nieuw aangelegde Pasbrugplein.

    lees meer

    Belvédère des Coteaux de la Citadelle de Liège

    En porte-à-faux, la plate-forme triangulaire de 60 m² culmine sur le versant sud des Coteaux de la Citadelle. Le belvédère, imaginé par le bureau d’études paysage du Service de l’Aménagement des espaces publics de la Ville de Liège, a été conçu et réalisé par le Bureau d’études Greisch. Il fait partie du réaménagement complet des [...]

    lees meer

    Porte-à-faux

    Quatre ouvrages architecturaux récents
ou en cours de réalisation montrent des résolutions particulières à la réalisation de porte-à-faux, pour des programmes et avec des matériaux différents. Cet auvent carré en béton, réalisé dans le cadre d’un contrat de quartier pour un jardin récréatif à Molenbeek-Saint-Jean, se compose d’une grille octogonale de poutres. Les poutres aux côtés ont un très grand moment sur appui. Ces moments coïncident avec le moment d’une poutre en porte-à-faux de 9 m soumise à la même charge. Les poutres centrales de l’auvent ont quant à elles un grand moment en travée, comparable à celui d’une poutre avec une portée de 18 mètres.

    lees meer
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten
© abv+ architecten

enregistrez-vous à notre newsletter