5 logements sociaux

Dethier Architectures
publié le 17.09.2012 | texte Sophie Dawance logement collectif
© Véronique Vercheval

Concevoir le logement public, c’est fournir un abri à des ménages fragiles sur le plan socio-économique, mais c’est aussi prendre position dans un paysage, orienter les modes de déplacement ou de consommation ou encore influer sur les formes de sociabilité. En proposant ainsi un ancrage dans la société, les pouvoirs publics et les architectes qu’ils mandatent posent un acte éminemment politique; ils ont la responsabilité de promouvoir des modes d’habiter rencontrant les exigences, notamment en termes d’environnement et de cohésion sociale, qui émergent du contexte dans lequel ils interviennent.

La Société Wallonne du Logement (SWL) a choisi de consacrer le premier volume de sa nouvelle collection ‘Logement public’ au milieu rural. L’obligation, encore assez récente, pour toute commune wallonne, d’accueillir au moins 10% de logement public inscrit cette réflexion dans l’actualité. Quels sont dès lors les enjeux spécifiques du logement public en milieu rural et comment l’architecte y répond-il?

Sans doute faut-il d’abord s’interroger sur la notion de ruralité en Wallonie où l’urbanisation est presque continue. Comme l’aborde le démographe Thierry Eggerickx dans l’ouvrage, il semble judicieux de considérer la ruralité wallonne comme un monde pluriel. Des zones frontalières du Grand-duché du Luxembourg ou de l’Allemagne au cœur de la forêt ardennaise, en passant par les extensions périurbaines récentes du Brabant wallon ou les villages semi-industriels du sillon Sambre et Meuse, les réalités diffèrent et se traduisent dans des exigences et des demandes contrastées en matière de logement public. Si une attention toute particulière doit donc être portée aux spécificités du contexte, certaines prises de position semblent néanmoins répondre aux questions soulevées par le logement social en milieu rural, de manière plus générale.

La taille relative des ensembles est un facteur particulièrement sensible: l’arrivée massive et simultanée de nouveaux habitants dans un village risque en effet de générer une fracture avec la communauté préexistante. Le risque est d’autant plus grand que la surface nécessaire à la création d’un grand nombre de logements impose souvent une localisation en dehors du noyau villageois, ce qui peut créer une forme de ghettoïsation mais aussi générer un éloignement des services de base. Or, l’accès aisé aux commerces et équipements est sans doute la première caractéristique d’un logement rencontrant à la fois l’intérêt collectif et celui de la bourse des ménages qui y vivent. La maitrise des coûts d’usage des logements est d’autant plus précieuse que l’on s’adresse à une population précarisée. Plusieurs petites opérations dans le continuum de l’existant semblent donc favoriser une meilleure intégration, tant au niveau urbanistique que social.

La question de l’intégration est en effet centrale, surtout en milieu rural où les nouvelles formes d’habitat doivent souvent s’ancrer dans un bâti plus traditionnel, témoin lui-même d’une organisation sociale et d’une symbiose avec le paysage. Ainsi, outre l’implantation judicieuse au cœur du village, une inscription fine dans le relief et la connivence avec les typologies locales sont de nature à favoriser l’intégration paysagère et, par extension, l’intégration sociale. Il s’agit bien sûr par là de privilégier un dialogue formel avec le bâti villageois – le jeu de volumes ou l’expression des façades répondant ou interpellant le bâti existant – mais il s’agit peut-être plus encore de traiter avec soin l’interface entre les logements et le village ou encore de réinterpréter certaines caractéristiques qui fondent l’identité-même du mode de vie rural comme, par exemple, le lien direct au sol. Dans cette optique, l’intégration questionne davantage les usages et l’appropriation d’un territoire que l’approche purement formelle. Diverses réalisations montrent que des écritures contemporaines, sans recours au mimétisme local, réussissent à conjuguer les vertus d’une intégration comprise ainsi.

Comme les lieux de rencontre avec le village, les espaces collectifs au sein des ensembles de logement eux-mêmes requièrent une attention toute particulière. Générateurs de rencontres et de vie sociale, ces lieux sont en effet aussi potentiellement vecteurs de conflits. La conception d’espaces partagés de qualité doit dès lors considérer le besoin d’identités singulières au sein d’un dispositif collectif et intégrer le besoin d’intimité des habitants. Seul un subtil équilibre entre vie sociale et privée peut soutenir des relations harmonieuses et solidaires.

Lorsqu’il se met au service des populations les plus fragiles sur le plan socio-économique et du lieu dans lequel il s’implante, le logement peut ainsi devenir un véritable outil d’émancipation sociale. Mais comment aller plus loin dans ce sens? Alors qu’ils s’apparentent souvent aujourd’hui aux pratiques de la promotion privée, les modes de production du logement public pourraient être revisités pour relever les défis actuels de la gouvernance publique. Comment impliquer l’habitant dans la conception, éventuellement la réalisation mais surtout la gestion de son logement? Comment favoriser son appropriation? Le processus de production et de gestion des logements lui-même peut en effet participer à un projet de société.

Libin

Au centre du village de Libin, se dresse, dans la perspective d’une rue, un immeuble élégamment posé sur un robuste mur de soutènement. Il compte cinq logements, offrant trois appartements pour personnes âgées ou à  mobilité réduite et deux maisons adaptées aux familles nombreuses. Si chaque habitation dispose de sa propre entrée donnant sur une coursive surplombant le trottoir, les logements sont intimement imbriqués; les maisons unifamiliales se prolongeant au-dessus des appartements. Les chambres s’égrainent le long d’un large couloir appropriable pour divers usages.
Les personnes âgées profitent d’une terrasse offrant un point de vue privilégié sur l’animation de la rue, tandis que les familles bénéficient d’un jardin de bonne taille à  l’arrière du bâtiment. Ce petit immeuble vise ainsi une cohabitation harmonieuse entre des ménages de générations différentes et crée des conditions favorables à  l’entraide entre ceux-ci.
Les terrasses à  rue font l’objet d’un traitement particulièrement soigné. Une structure de câbles soutient une pergola de verdure, un mobilier de jardin en bois est intégré et même les boîtes aux lettres ont été dessinées avec attention. Chaque détail fait l’objet du plus grand soin ce qui confère aux logements un caractère fonctionnel et confortable, mais contribue aussi à  forger une image positive et valorisante de l’ensemble.

download pdf
Dethier Architectures
Libin | 2012
A+237
pages 50

Vous pourriez aussi être intéressé par

    Luifel

    Er breidt zich langzaam maar zeker een witte pixelwolk uit over het land. Een ludieke studie van de openbare ruimte, BXL 100, (> A+213) resulteert sinds 2011 in een aantal ingrepen in de openbare ruimte. Ze duiken op in het Brusselse Sint-Gillis en worden ontwikkeld in het Gentse Ledeberg. In Mechelen siert een luifel sinds kort het nieuw aangelegde Pasbrugplein.

    lees meer

    Belvédère des Coteaux de la Citadelle de Liège

    En porte-à-faux, la plate-forme triangulaire de 60 m² culmine sur le versant sud des Coteaux de la Citadelle. Le belvédère, imaginé par le bureau d’études paysage du Service de l’Aménagement des espaces publics de la Ville de Liège, a été conçu et réalisé par le Bureau d’études Greisch. Il fait partie du réaménagement complet des [...]

    lees meer

    Porte-à-faux

    Quatre ouvrages architecturaux récents
ou en cours de réalisation montrent des résolutions particulières à la réalisation de porte-à-faux, pour des programmes et avec des matériaux différents. Cet auvent carré en béton, réalisé dans le cadre d’un contrat de quartier pour un jardin récréatif à Molenbeek-Saint-Jean, se compose d’une grille octogonale de poutres. Les poutres aux côtés ont un très grand moment sur appui. Ces moments coïncident avec le moment d’une poutre en porte-à-faux de 9 m soumise à la même charge. Les poutres centrales de l’auvent ont quant à elles un grand moment en travée, comparable à celui d’une poutre avec une portée de 18 mètres.

    lees meer
© Véronique Vercheval

Abonnez-vous à notre newsletter