4 logements sociaux passifs

Delices Architectes
publié le 17.09.2012 | texte Maurizio Cohen logement collectif

Situé dans un quartier d’Anderlecht qui fait l’objet d’un Contrat de quartier, ce petit immeuble de logements dessiné par Délices architectes propose une stratégie de composition fondée sur l’occupation maximale de la surface disponible. Des grandes terrasses enrichissent les logements et permettent d’offrir une plus grande aération et luminosité à chaque pièce.

La parcelle se situe sur le coin de l’îlot entre la rue du Libre Examen et l’avenue Raymond Vander Bruggen à Anderlecht. Elle s’ouvre sur un espace public triangulaire qui se dirige vers le Parc Forestier et qui permet des reculs visuels importants. Le dégagement et la surface au sol disponibles ont permis de mettre en valeur la volumétrie en travaillant sur un socle qui s’affirme par sa matière métallique foncée et qui remonte le long des deux constructions voisines en allant encadrer un volume en porte-à-faux habillé de bardage de bois en pose verticale. Sur la rue du Libre Examen, la tôle remonte et habille la façade jusqu’à la corniche; sur l’avenue, elle se transforme en grillage et rambardes de protection pour les terrasses. Le contraste entre les tôles et les grilles métalliques noires et la finesse du bardage attire l’attention. Le volume en bois est davantage renforcé par son angle arrondi et par les joints en acier horizontaux qui soulignent chaque étage.
L’expression est d’autant plus marquée par les proportions de baies, similaires à celles traditionnelles du bâti bruxellois. Les raccords avec les gabarits voisins sont gérés avec subtilité. Le nouveau bâtiment s’inscrit dans la continuité de l’îlot tout en affirmant l’évolution des modes d’habiter par la disposition originale des terrasses et par la volonté de ne pas hiérarchiser les ouvertures. Le choix d’ouvrir à chaque niveau ces grandes terrasses, orientées sud-ouest, introduit une solution typologique généreuse pour améliorer les espaces d’habitation des appartements. Ils jouissent ainsi d’un grand espace extérieur peu coûteux à la construction.
En dessous des terrasses se trouve l’accès au bâtiment avec tous les locaux techniques nécessaires et la cage d’escalier. Cet espace apparaît comme un prolongement de la rue vers l’intérieur d’îlot au point de l’apercevoir depuis l’espace public. Les finitions sont dessinées avec beaucoup de soin tout en étant très simples et réduites à l’essentiel. La solution adoptée permet de traiter l’ensemble de l’enveloppe qui contient les quatre appartements selon les critères passifs en sortant tout ce qui ne relève pas de l’appartement sur les terrasses. La dualité entre enveloppe plus sophistiquée et élégante et les terrasses rappelle la maison Van Dyck que Gustave Strauven a construite sur le boulevard Clovis, dans le quartier des Squares à Bruxelles entre 1901 et 1903. Dans ce cas, un volume principal d’Art nouveau exubérant est accompagné par un volume de loggias plus sobre et généreux.
Dans les deux projets apparaît la volonté de créer des nouvelles solutions typologiques, le long d’un front bâti continu pour la maison Van Dyck, sur l’angle ouvert vers un espace public, dans le cas de ce petit immeuble.
A l’intérieur des appartements, les colonnes de béton rondes et brillantes se démarquent des faà§ades facilitant le travail sur l’enveloppe, et les finitions alternent les surfaces en béton à celles enduites en enrichissant les articulations.

download pdf
Delices Architectes
Anderlecht | 2012
A+237
pages 60-61

Vous pourriez aussi être intéressé par

    Belvédère des Coteaux de la Citadelle de Liège

    En porte-à-faux, la plate-forme triangulaire de 60 m² culmine sur le versant sud des Coteaux de la Citadelle. Le belvédère, imaginé par le bureau d’études paysage du Service de l’Aménagement des espaces publics de la Ville de Liège, a été conçu et réalisé par le Bureau d’études Greisch. Il fait partie du réaménagement complet des [...]

    lees meer

    Porte-à-faux

    Quatre ouvrages architecturaux récents
ou en cours de réalisation montrent des résolutions particulières à la réalisation de porte-à-faux, pour des programmes et avec des matériaux différents. Cet auvent carré en béton, réalisé dans le cadre d’un contrat de quartier pour un jardin récréatif à Molenbeek-Saint-Jean, se compose d’une grille octogonale de poutres. Les poutres aux côtés ont un très grand moment sur appui. Ces moments coïncident avec le moment d’une poutre en porte-à-faux de 9 m soumise à la même charge. Les poutres centrales de l’auvent ont quant à elles un grand moment en travée, comparable à celui d’une poutre avec une portée de 18 mètres.

    lees meer

    Luifel

    Er breidt zich langzaam maar zeker een witte pixelwolk uit over het land. Een ludieke studie van de openbare ruimte, BXL 100, (> A+213) resulteert sinds 2011 in een aantal ingrepen in de openbare ruimte. Ze duiken op in het Brusselse Sint-Gillis en worden ontwikkeld in het Gentse Ledeberg. In Mechelen siert een luifel sinds kort het nieuw aangelegde Pasbrugplein.

    lees meer

enregistrez-vous à notre newsletter