14 logements sociaux et un commerce

Architectenbureau Jan Maenhout
publié le 17.09.2012 | texte Chloë Raemdonck logement collectif
© Joris Smet
© Joris Smet

Il n’y a pas si longtemps, l’Eilandje n’était plus qu’un chancre dans le tissu urbain d’Anvers. Ces dernières années, le quartier est sorti de son isolement grâce à plusieurs projets prestigieux. Ceux-ci menacent toutefois à présent de créer un nouvel isolement: celui de la riche classe moyenne. Heureusement, les appartements sociaux construits par Jan Maenhout apportent davantage que du bling-bling.

L’Eilandje est un quartier d’Anvers chargé d’histoire. C’est de là que s’est développé le port d’Anvers au XVIe siècle, mais le site est devenu victime de son propre succès. A mesure que le port s’étendait, les petits quais ont perdu leur intérêt et pendant plusieurs décennies, l’Eilandje est resté un lieu oublié du tissu urbain. Depuis une quinzaine d’années seulement, la zone se développe à nouveau. Les constructions neuves, dont les tours d’habitation d’architectes internationaux comme David Chipperfield et Diener & Diener, se dressent à côté des entrepôts historiques des limbes industriels du port d’Anvers. C’est également le cas de quatorze appartements sociaux du bureau d’architecture Jan Maenhout.
Le bloc est construit entre deux artères parallèles, sur un terrain rectangulaire orienté nord-sud. L’architecte a opté pour deux volumes identiques, avec terrasses au sud et chambres à coucher au nord. Comme ils présentent la même orientation, il y a deux façades de rue différentes.
La zone intérieure entre ces deux volumes est utilisée comme jardin, en partie privé pour les habitants du rez-de-chaussée, et en partie public. En appliquant un simple revêtement à la chaux sur les vestiges des murs de séparation, ce jardin conserve sa référence à l’histoire industrielle du lieu. Les architectes se sont montrés modestes face aux entrepôts historiques qui cernent le bâtiment. Des éléments sobres tels qu’un socle en béton préfabriqué et de la brique rouge tendre sont combinés à des boiseries dans les tons gris.
En 2002, le feu vert a été accordé au master plan conçu par Buro 5 (NL) pour l’Eilandje. Ce master plan mettait entre autres l’accent sur l’intégration sociale. Le mélange bien dosé de projets privés et sociaux, d’habitat, de travail et de loisirs entend renforcer la cohésion sociale du quartier. Le plan d’aménagement de la nouvelle Cadixplein en est un exemple, développé sur une base de participation citoyenne.
Les habitations conçues par le bureau Jan Maenhout s’inscrivent dans ce contexte. Elles répondent de plus à une vision moderne de l’habitat social. Les éléments clés de ce projet sont la facilité de mise en œuvre et la durabilité des matériaux et techniques de construction. De plus, les appartements sont économes en énergie: pas en raison de gros investissements en techniques superflues, mais par l’application pertinente des principes de base de la construction éco-énergétique. Sur le plan technique, les habitations sont uniquement dotées de chauffe-eau solaires, d’une installation de récupération des eaux de pluie et de chaudières murales au gaz, à condensation. Architecturalement, un volume compact a été privilégié et l’orientation a été mise à profit au niveau des terrasses, qui se ferment par des panneaux coulissants en verre. Cela crée dans la façade des oriels qui donnent à l’ensemble un cachet architectural tout à fait unique. En hiver, ces balcons se transforment en jardins d’hiver et engrangent la chaleur du soleil; en été, ils s’ouvrent et servent de terrasse.
En parcourant la Cadixstraat, on voyait cet été des oriels grands ouverts, utilisés comme terrasses avec mobilier, tandis que d’autres ne sont qu’entrebâillés et font office de serre. Un des balcons a même été converti en pièce intérieure par les occupants qui ont fait tendre des rideaux par des professionnels. Ces appartements sociaux tolèrent aisément une petite touche individuelle. Espérons que cette ligne de conduite sera conservée pour la suite du développement de l’Eilandje.

download pdf
Architectenbureau Jan Maenhout
Anvers | 2012
A+237
pages 40-41

Vous pourriez aussi être intéressé par

    Luifel

    Er breidt zich langzaam maar zeker een witte pixelwolk uit over het land. Een ludieke studie van de openbare ruimte, BXL 100, (> A+213) resulteert sinds 2011 in een aantal ingrepen in de openbare ruimte. Ze duiken op in het Brusselse Sint-Gillis en worden ontwikkeld in het Gentse Ledeberg. In Mechelen siert een luifel sinds kort het nieuw aangelegde Pasbrugplein.

    lees meer

    Belvédère des Coteaux de la Citadelle de Liège

    En porte-à-faux, la plate-forme triangulaire de 60 m² culmine sur le versant sud des Coteaux de la Citadelle. Le belvédère, imaginé par le bureau d’études paysage du Service de l’Aménagement des espaces publics de la Ville de Liège, a été conçu et réalisé par le Bureau d’études Greisch. Il fait partie du réaménagement complet des [...]

    lees meer

    Porte-à-faux

    Quatre ouvrages architecturaux récents
ou en cours de réalisation montrent des résolutions particulières à la réalisation de porte-à-faux, pour des programmes et avec des matériaux différents. Cet auvent carré en béton, réalisé dans le cadre d’un contrat de quartier pour un jardin récréatif à Molenbeek-Saint-Jean, se compose d’une grille octogonale de poutres. Les poutres aux côtés ont un très grand moment sur appui. Ces moments coïncident avec le moment d’une poutre en porte-à-faux de 9 m soumise à la même charge. Les poutres centrales de l’auvent ont quant à elles un grand moment en travée, comparable à celui d’une poutre avec une portée de 18 mètres.

    lees meer
© Joris Smet
© Joris Smet

Abonnez-vous à notre newsletter